Chargement
Sponser

Communiqué de presse

Communiqué de presse

Prix des carburants :

Stéphane Demilly demande au gouvernement de soutenir les biocarburants !

Mardi 20 novembre 2018

Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi 20 novembre, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a interpellé le gouvernement sur le coût des carburants et sur l’opportunité que représentent les biocarburants.

Précédemment président du Groupe d’études sur les biocarburants à l’Assemblée nationale, Stéphane Demilly sera prochainement désigné Président d’une mission d’information sur le sujet.

 Cet après-midi, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, il a notamment déclaré :

« Il est intenable pour nos concitoyens, notamment des territoires ruraux, de subir une taxation aveugle des carburants sans que des alternatives sérieuses et peu couteuses ne leur soient proposées…. Et il est insupportable que ceux qui ont les moyens…financiers ou en déplacements alternatifs…passent leur temps à donner des leçons de morale écologique à ceux qui ne les ont pas !

 Face à la colère et à l’incompréhension de nombreux Français, le gouvernement a présenté différentes mesures et initié des pistes de travail. Je déplore un grand absent de ces annonces : le biocarburant.

 Le E85 est aujourd’hui le moins cher à la pompe, autour de 60 centimes le litre, soit environ 1€ de moins que les autres carburants, ce qui peut représenter 50€ d’économie sur un plein selon les véhicules !

 Il a un bon bilan carbone et permet de réduire très significativement les émissions de CO2.

 Cette énergie constitue par ailleurs un débouché non négligeable pour l’agriculture française, notamment pour les filières sucrières et amidonnières confrontées à des défis économiques majeurs du fait de la fin des quotas sucriers.

 Les biocarburants apparaissent donc bien comme une réponse, parmi d’autres, aux problèmes de pouvoir d’achat, d’environnement et d’emplois ruraux ».

 François de Rugy, Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, a notamment répondu :

« Je connais votre engagement ancien pour la filière biocarburants. Votre persévérance est récompensée car les Français voient aujourd’hui l’intérêt concret dans l’utilisation de ce carburant alternatif au pétrole.

 Il s’agit d’une voie parmi d’autres et nous la poursuivrons dans le temps. J’incite les Français à l’utiliser.

 Mon ministère a décidé de faciliter l’usage de l’éthanol E85 en faisant des normes simples pour les boitiers qui permettent d’adapter une voiture à essence afin qu’elle puisse utiliser en toute sécurité ce carburant, même les voitures d’un certain âge.

 Par ailleurs, avec mon collègue de l’agriculture, je ferai une application souple et pragmatique de la directive européenne sur la mélasse sucrière qui permettra à la filière éthanol d’être toujours aussi compétitive ».

  La vidéo de la question et de la réponse est disponible sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.tv/video.6960430_5bf4112c38487.1ere-seance–questions-au-gouvernement–plf-pour-2019-vote-solennel–lutte-contre-la-manipulati-20-novembre-2018

 Vous trouverez, ci-après, l’intégralité de l’intervention de Stéphane Demilly :

 « Face à l’urgence climatique, nous sommes tous conscients de la nécessité d’agir et d’agir vite ».  Il est cependant intenable pour nos concitoyens, notamment des territoires ruraux, de subir une taxation aveugle des carburants sans que des alternatives sérieuses et peu couteuses ne leur soient proposées…. Et il est insupportable que ceux qui ont les moyens…financiers ou en déplacements alternatifs…passent leur temps à donner des leçons de morale écologique à ceux qui ne les ont pas ! Face à la colère et à l’incompréhension de nombreux Français, le gouvernement a présenté différentes mesures et initié des pistes de travail.

 Je déplore un grand absent de ces annonces : le biocarburant.

 Le E85 est aujourd’hui le moins cher à la pompe, autour de 60 centimes le litre, soit environ 1€ de moins que les autres carburants, ce qui peut représenter 50€ d’économie pour un plein selon les véhicules !

 Il a un bon bilan carbone et permet de réduire très significativement les émissions de CO2. Enfin, cette énergie constitue un débouché non négligeable pour l’agriculture française, notamment pour les filières sucrières et amidonnières confrontées à des défis économiques majeurs du fait de la fin des quotas sucriers.  Plusieurs régions de France accompagnent d’ailleurs la conversion des véhicules essence au bioéthanol E85, par l’installation de boitiers homologués, épargnant ainsi à nos concitoyens l’achat d’une nouvelle voiture. Dans ce contexte, les biocarburants apparaissent donc bien comme une réponse, parmi d’autres, aux problèmes de pouvoir d’achat, d’environnement et d’emplois ruraux.

 Ma question est donc simple : pourquoi le gouvernement ne les intègre-t-il pas dans sa stratégie alors que la France est le 1er producteur européen de bioéthanol ? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *