Chargement
Sponser

Garde d’enfants : Stéphane Demilly propose une extension des dispositifs d’aide aux parents.

Garde d’enfants : Stéphane Demilly propose une extension des dispositifs d’aide aux parents.

Lors de la séance de questions de contrôle de l’action du gouvernement consacrée à la politique familiale de notre pays, ce mardi soir à l’Assemblée nationale, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a proposé que les aides à la garde d’enfants soient étendues au-delà des 6 ans de l’enfant.

Le gouvernement a répondu qu’il étudiait la question.

« Près de 44 % des salariés, soit 10,4 millions de personnes, travaillent au moins une fois par mois en horaire dit « atypique ».

Dans ces conditions, et lorsque les deux parents ont les mêmes contraintes professionnelles, il leur est impossible de conduire et d’aller chercher eux-mêmes leurs enfants à l’école ou de les garder avec eux lorsque l’école est fermée.

Si de nombreux dispositifs d’aide existent d’ores et déjà, ils disparaissent quasiment tous lorsque l’enfant passe l’âge des 6 ans.

Dans ce contexte, pourquoi ne pas étendre la durée de ces aides et de les accorder, par exemple, jusqu’au 8 ou 10 ans de l’enfant, en fonction d’une étude d’utilité plus précise qui serait à mener » a-t-il notamment déclaré.

Christelle Dubos, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, lui a notamment répondu : « Je partage vos préoccupations et nous sommes en train d’expertiser le sujet. Il s’agit ici d’identifier les besoins des familles et de concevoir les solutions les plus adaptées et efficaces que possible ».

 

La vidéo de la question et de la réponse est disponible sur le site de l’Assemblée nationale :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.7321140_5c7e7f1e44d75.2eme-seance–questions-au-gouvernement–debat-en-vue-du-conseil-europeen-des-21-et-22-mars-2019—5-mars-2019

 

Vous trouverez, ci-après, l’intégralité de l’intervention de Stéphane Demilly :

« Selon une étude du ministère du Travail, près de 44 % des salariés, soit 10,4 millions de personnes, travaillent au moins une fois par mois en horaire dit « atypique ».

Ils sont ainsi 35% à travailler le samedi (8,3 millions de personnes), 19% le dimanche, 23% en soirée (entre 20 h et minuit), et 9% la nuit (entre minuit et 5 h).

Dans ces conditions, et lorsque les deux parents ont les mêmes contraintes professionnelles, il leur est impossible de conduire et d’aller chercher eux-mêmes leurs enfants à l’école ou de les garder avec eux lorsque l’école est fermée.

Ils doivent donc recourir à des assistantes maternelles ou à des centres de loisirs, par exemple.

Des modes de garde qui engendrent une dépense pouvant dépasser les 400€ par mois selon les situations de chacun.

Si de nombreux dispositifs d’aide à la garde d’enfants existent d’ores et déjà dans notre pays, ils disparaissent quasiment tous lorsque l’enfant passe l’âge des 6 ans.

Je pense par exemple au « complément de libre choix du mode de garde » versé par les Caisses d’allocation familiale ou au crédit d’impôt de 50% des frais engagés.

Dans ce contexte, pourquoi ne pas étendre la durée de ces aides et de les accorder, par exemple, jusqu’au 8 ou 10 ans de l’enfant, en fonction d’une étude d’utilité plus précise qui serait à mener.

Cela faciliterait la vie des parents qui travaillent et contribuerait à donner de l’activité aux assistantes maternelles. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *