imprimer cette page

Question écrite 23/09/2013

Conséquences de la mise en place des réseaux de soins qui sont censés permettre un meilleur service à nos concitoyens et de sérieuses économies pour notre système de santé

Stéphane DEMILLY interroge Madame  la ministre des affaires sociales et de la santé sur les conséquences de la mise en place des réseaux de soins qui sont censés permettre un meilleur service à nos concitoyens et de sérieuses économies pour notre système de santé. Si la mesure est présentée de manière séduisante, sa mise en œuvre porte en elle des mesures perverses qui vont  vite s’avérer catastrophiques. Par exemple, pour pouvoir en bénéficier le patient devra se rendre chez tel prestataire affilié et non chez un autre de son choix. Sa liberté ne sera que virtuelle puisque  que tout sera mis en œuvre  pour le conduire dans ce réseau. Le prix de la prestation sera négocié, tiré, imposé par l’organisme complémentaire dans le cadre des négociations  et des contrats totalement disproportionnés. Le professionnel candidat à une affiliation devra passer sous ses fourches caudines de la mutuelle ou alors ne sera jamais agréé.  Pour gagner en marge et donc pouvoir « tourner », la complémentaire va devoir travailler sur le volume d’affaires, et le concentrer sur les seuls professionnels du réseau. Par une politique de différenciation, la complémentaire n’orientera aucun client vers un professionnel non affilé. Au contraire, elle fera tout pour le dissuader. Ce professionnel est alors condamné  à dépérir puis à mourir. Il déplore qu’aucune étude  chiffrée sérieuse n’ait été réalisée sur les conséquences de la mise en œuvre des réseaux de soins sur  ces professionnels. Ce sont pourtant des milliers de petites entreprises indépendantes, avec en conséquences des milliers  d’emplois  qui sont concernés. Il interroge donc sur les mesures qu’elle compte mettre en œuvre pour éviter que ses réseaux de soins ne conduisent à la disparition de tous ces professionnels qui font aussi vivre nos villes  et nos villages. Il demande comment elle voit l’avenir pour eux.