imprimer cette page

Question écrite 25/09/2013

Différences de traitement entre le fret ferroviaire et le fret fluvial

Stéphane DEMILLY attire l’attention de Monsieur le Ministre délégué auprès de Monsieur le Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche sur les différences de traitement entre le fret ferroviaire et le fret fluvial. En effet, le 18 septembre 2013, il a annoncé, pour soutenir le développement du fret ferroviaire  en perte vitesse depuis 2000, la mise en service en 2016 d’une nouvelle « autoroute ferroviaire » entre Dourges et Bayonne ainsi que l’extension jusqu’à Calais de l’ « autoroute ferroviaire » entre Bettembourg (Luxembourg) et Perpignan, qui existe depuis 2007. Bien que la Cour des Comptes ait estimé en 2012 que « le concept d’autoroute ferroviaire peine à faire ses preuves sur le plan économique et financier », il ne s’agit pas de condamner en soi cette décision. Force est cependant de constater que le fret fluvial pour sa part, et notamment le grand projet européen de Canal Seine-Nord Europe, n’a pas la chance d’être regardé aussi favorablement par le Gouvernement. Bien au contraire, alors qu’il était déjà enclenché sur le terrain et avait obtenu l’engagement de l’Etat au plus haut niveau, le Canal Seine -Nord Europe a été discrédité et bloqué par le Gouvernement, et renvoyé à une nouvelle étude de « reconfiguration ». Il lui demande donc de lui expliquer ce qui peut justifier une telle différence de traitement.