imprimer cette page

Question écrite 04/11/2013

Manque de reconnaissance dont souffre la profession de sages-femmes

Stéphane DEMILLY attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le manque de reconnaissance dont souffre la profession de sages-femmes. Après cinq années d’études hospitalo-universitaires exigeantes, les sages-femmes accomplissent un travail exceptionnel souvent méconnu par les usagers. Ainsi, malgré le rapport 2011 de la Cour des comptes préconisant très clairement de remettre les sages-femmes au cœur du système de soin des femmes en premier recours, cette profession qui pourrait permettre d’améliorer les indicateurs français de mortalité périnatale déplore des conditions matérielles et financières d’exercice difficiles pour la profession et pour les patientes. Par conséquent, il lui demande quelles mesures elle compte prendre pour l’avenir et la revalorisation de cette profession qui a entamé une grève le 16 octobre.