imprimer cette page

Communiqué 11/12/2013

Rapport Pauvros sur la « reconfiguration » du Canal Seine-Nord : Stéphane DEMILLY salue le sérieux du travail effectué mais regrette l’absence de réponses sur certaines questions de fond et dénonce le sacrifice de Péronne!

Le député du Nord, Rémi Pauvros, a remis ce matin au Ministre des Transports le rapport sur la reconfiguration du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe dont il avait été chargé. Les grandes lignes de ce rapport ont ensuite été présentées à la presse.

 

Stéphane Demilly, député de la Somme chargé des transports au sein de l’UDI, tient tout d’abord à souligner la qualité et le pragmatisme du travail effectué par son collègue parlementaire Rémi Pauvros, qui indéniablement souhaite préserver les chances de réalisation de ce grand projet européen après la décision brutale et unilatérale du gouvernement de casser le projet initial et de tout remettre à plat.

 

Le projet se trouve en effet clairement « restructuré », tant en ce qui concerne son coût que ses caractéristiques techniques ou encore sa gouvernance.

 

« Cependant, la question essentielle du financement, quoi qu’on en dise, n’est toujours pas résolue » souligne Stéphane Demilly.  Car quid du bouclage du plan de financement à partir du moment où le Gouvernement a abandonné le PPP (partenariat public privé) ? Il faut en effet que l’argent public comble les 50% que devait mettre l’opérateur privé, et ce même si le coût du projet est revu à la baisse… « Même si l’Europe met 40%, cela fait tout de même beaucoup d’argent à trouver, d’autant qu’on ne le trouvera pas du côté de l’écotaxe dont le report à déjà valu à VNF de ne pouvoir adopter son budget 2014 ! » insiste le député de la Somme.

 

Et surtout, alors que le calendrier s’accélère de façon inquiétante, puisque pour pouvoir bénéficier des 40% de financements européens il faut l’Etat français dépose son dossier auprès de l’UE d’ici fin juin2014, le Gouvernement n’a toujours pas dit qu’il allait faire le canal Seine-Nord ! « Le rapport Pauvros, rappelons-le, n’est destiné qu’à préparer l’arbitrage du Gouvernement, qui n’a toujours pas pris sa décision là où il n’a par contre pas attendu pour annoncer qu’il allait faire la LGV Lyon-Turin, la gare souterraine de Marseille, le TGV au sud de Bordeaux ou encore l’A831 entre la Vendée et la Charente-Maritime ! » regrette Stéphane Demilly.

 

Enfin, sur un plan plus local, le député de la Somme dénonce le sacrifice de la plateforme multimodale de Péronne, reportée aux calendes grecques ainsi que celle de Noyon. Seules seraient maintenues les PFM de Nesle et Marquion. Sachant que pour Péronne, ce serait la « double peine » puisque le Président du Conseil Général de la Somme, Christian MANABLE, avait déclaré que l’abandon de la plateforme de Péronne ferait aussi « passer à la trappe » la rocade de Péronne, les deux dossiers étant pour lui totalement liés !

 

Pour Stéphane DEMILLY, par conséquent, « le combat continue ! »