imprimer cette page

Communiqué de presse 19/12/2013

Canal Seine-Nord Europe : décidemment, le gouvernement préfère la procrastination à l’action ! ?

Une semaine après avoir reçu des mains du député Rémi PAUVROS le rapport consacré à la « reconfiguration » du Canal Seine-Nord Europe et que ce rapport ait été présenté à la presse, la Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER a convoqué les journalistes la veille pour le lendemain à une conférence de presse sur « les suites données au rapport sur la reconfiguration du canal Seine-Nord Europe ».

 

Qu’allait-il dire à cette conférence de presse qui vient de se tenir en fin d’après-midi au Ministère des Transports ? Allait-il enfin annoncer que le gouvernement donne son feu vert définitif à ce projet, ce qui est la décision que tout le monde attendait ?

 

Que nenni ! « Le Ministre s’est contenté d’annoncer quelques « mesures concrètes destinées à faire avancer le projet » selon ses propres termes…C’est-à-dire en fait des opérations d’accompagnement sur les bassins de la Seine, de l’Oise et du Nord-Pas-de-Calais dans le cadre des futurs contrats de plan Etat-Régions ; des démarches réglementaires liées à la modification de la DUP ; et, cerise sur le gâteau, une mission administrative sur le nouveau montage financier du projet qui devra rendre ses conclusions d’ici fin 2014 ! Mais rien sur ce nous attendions tous, à savoir qu’après des mois d’atermoiements le gouvernement avait enfin pris la décision de faire le Canal Seine-Nord ! On peut vraiment s’interroger sur l’utilité et l’intérêt de cette conférence de presse convoquée à la dernière minute par le Ministre, et comme tous ceux qui croient au canal, le moins que l’on puisse dire est que je reste sur ma faim… » souligne Stéphane DEMILLY.

 

Ainsi, alors que le calendrier s’accélère de façon inquiétante, puisque pour pouvoir bénéficier des 40% de financements européens il faut que l’Etat français dépose son dossier auprès de l’UE d’ici fin juin2014, le Gouvernement n’a toujours pas dit clairement qu’il allait faire le canal Seine-Nord !

 

Enfin, sur un plan plus local, le député de la Somme dénonce à nouveau le sacrifice de la plateforme multimodale de Péronne, reportée aux calendes grecques ainsi que celle de Noyon. Seules seraient maintenues les PFM de Nesle et Marquion. Sachant que pour Péronne, ce serait la « double peine » puisque le Président du Conseil Général de la Somme, Christian MANABLE, avait déclaré que l’abandon de la plateforme de Péronne ferait aussi « passer à la trappe » la rocade de Péronne, les deux dossiers étant pour lui totalement liés !

 

Pour Stéphane DEMILLY, par conséquent, plus que jamais, « le combat continue ! »