imprimer cette page

Question écrite 17/06/2014

Réforme de la biologie médicale

 Monsieur Stéphane DEMILLY attire l’attention de Madame la ministre des affaires sociales et de la santé sur les difficultés que soulève la mise en œuvre de la réforme de la biologie médicale adoptée au printemps 2013. Des représentants de la profession font état des conséquences en résultant pour de nombreux laboratoires et sur l’emploi : «  biologistes obligés de vendre », risques sanitaires inhérents aux conditions de transport des échantillons de sang ; fermetures de laboratoires ; financiarisation du secteur de la biologie…L’ensemble des problèmes soulevés et, c’est essentiel, leurs effets sur l’emploi, rejoignent les préoccupations évoquées en mars 2013 sans qu’il en ait été alors tenu compte. Aujourd’hui la profession remet légitimement en cause des « normes industrielles intenables et l’obligation du cofrac » et revendique des mesures favorisant une collaboration de proximité afin de préserver le maillage du territoire et d’éviter, comme cela avait été souligné en 2013, le risque d’extension de « déserts sanitaires ». Tenant compte de ces éléments, il lui demande les prolongements que le Gouvernement entend donner à la nécessité qu’un point soit fait de l’application de cette réforme, et aux priorités énoncées par la profession.