imprimer cette page

Question écrite 08/07/2014

Prolongation de la durée de validité de la Carte Nationale d'Identité: difficultés constatées

 Monsieur Stéphane DEMILLY appelle l’attention de Monsieur le ministre de l’intérieur sur les difficultés que suscite la prolongation de la durée de validité de la carte nationale d’identité (CNI). En effet, dans un souci de simplification administrative et de désengorgement des guichets d’établissement des pièces d’identité, le Gouvernement a décidé d’instaurer par décret l’allongement de la durée de validité des CNI délivrées aux personnes majeures. Ainsi, les nouveaux titres produits à partir du 1er janvier 2014, tout comme ceux délivrés entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013, sont à présent valables durant quinze ans au lieu de dix ans, sans qu’aucune démarche ne soit effectuée auprès des services compétents. Cette mesure a vocation, également, à générer une économie estimée de cinq millions d’euros en termes de coûts de fabrication. Toutefois, si, en théorie, l’idée est intéressante, en pratique, elle est source d’importantes difficultés pour nos concitoyens. En effet, dans bon nombre de pays, européens notamment, un citoyen Français présentant une CNI, dont la date d’expiration indiquée au verso est antérieure à la fin du séjour, sera refoulé par les autorités locales, quand bien même cette carte est considérée par l’administration française comme étant en cours de validité. La présentation de la fiche d’information traduite, téléchargeable sur le site ministère de l’intérieur, ne permet hélas pas de lever l’obstacle à l’entrée. La liste des Etats ayant explicitement accepté cette prolongation n’est pas complète. Certains pays ne se sont toujours pas positionnés clairement sur le sujet, laissant les voyageurs dans le doute et l’expectative. C’est pourquoi le ministère des affaires étrangères recommande désormais sur son site de privilégier l’utilisation d’un passeport valide. Toutefois, il est inconcevable que les ménages les plus modestes aient à prendre en charge les frais exigibles pour la délivrance d’un passeport afin de parer à ce défaut de procédure dont l’Etat est responsable. C’est pourquoi il lui demande de bien vouloir prendre les mesures nécessaires pour éviter aux voyageurs ce type de désagréments.