imprimer cette page

Question écrite 05/10/2011

Problème de l’instabilité fiscale dont sont victimes les signataires de promesses de vente immobilières antérieures à l’annonce du plan de rigueur

Monsieur Stéphane DEMILLY attire l’attention de Madame la Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat, sur l’instabilité fiscale dont sont victimes les signataires de promesses de vente immobilières antérieures à l’annonce du plan de rigueur. Adoptée le 8 septembre dernier, la réforme de la fiscalité des plus-values immobilières piège de nombreux propriétaires de terrains qui, ayant signé une promesse avant l’annonce du plan de rigueur par le Premier Ministre le 24 août, ne pourront pas finaliser leur vente avant le 1er février 2012, date de son entrée en vigueur. En effet, pour les ventes de terrains, de nombreuses raisons peuvent expliquer une signature tardive de l’acte de cession après la conclusion de la promesse ou du compromis : attente d’une modification de la réglementation locale d’urbanisme, fouilles archéologiques préventives, autorisations administratives, assainissement, etc. autant de conditions suspensives qui peuvent retarder la cession définitive sans pour autant remettre en cause l’engagement du vendeur. Rétroactive de fait, la mesure bouleverse donc le modèle économique des ventes escomptées, l’imposition pouvant passer de 15 à 45 % pour un terrain détenu depuis 16 ans ! Ainsi, il lui demande quelles mesures elle compte prendre pour corriger cette injustice avant le 1er février prochain : un vendeur qui, dans le cadre d’une promesse ou d’un compromis de vente, s’est engagé sur la base d’une fiscalité connue n’a pas à subir les changements de fiscalité alors qu’il ne peut plus se rétracter ni renégocier les conditions financières. Le même constat avait d’ailleurs été fait par le gouvernement dont le projet de loi excluait toutes les ventes issues de compromis et promesses signés avant l’annonce du plan de rigueur.