imprimer cette page

Question écrite 30/09/2014

Libération d'une demi-journée de classe sans concertation préalable

 Monsieur Stéphane DEMILLY interroge Madame la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la manière dont a été prise la décision de libérer une demi-journée de classe. En effet, le ministère de l’éducation nationale a souhaité que l’ensemble des enseignants soient consultés sur les programmes de l’école maternelle et sur le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Il a donc libéré une demi-journée de classe sans aucune concertation préalable avec les fédérations de parents d’élèves ni avec l’Association des Maires de France. Manifestement le ministère de l’éducation nationale a décidé seul et les familles doivent s’adapter sans avoir leur mot à dire, tandis que les Maires sont transformés en supplétifs de l’Education Nationale et priés d’organiser de la garderie. Il souhaite donc savoir pourquoi ni les fédérations de parents d’élèves ni l’AMF n’ont été interrogées en amont sur une telle décision qui a d’importantes conséquences sur l’organisation des familles et des communes.