imprimer cette page

Question écrite 28/10/2014

Faire de la prévention du suicide une priorité nationale

 Monsieur Stéphane DEMILLY attire l’attention de Madame la Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur l’impérieuse nécessité de faire de la prévention du suicide une priorité nationale. Selon l’OMS, 800 000 personnes se suicident chaque année dans le monde, soit un suicide toutes les 40 secondes, une « tragédie » qui pourrait être évitée par des actions de prévention efficaces à déployer par les pouvoirs publics nationaux. La France se situe au-dessus de la moyenne mondiale avec 10 093 suicides en 2012, soit 14,9 pour 100 000 personnes, un des taux les plus élevés d’Europe. Le taux de suicide des hommes de plus de 70 ans se situe à un niveau particulièrement élevé : 54 pour 100 000 hommes. 220 000 tentatives de suicide sont également recensées tous les ans, conduisant à une prise en charge dans les services d’urgence. La moitié d’entre elles débouche sur une hospitalisation. Dans notre pays, la société tout entière est mobilisée contre le suicide et y consacre d’importants moyens financiers et humains. Parmi les facteurs de risque individuels relevés par le rapport de l’OMS, la douleur et les maladies chroniques doivent particulièrement nous alerter pour un accompagnement adapté de ces situations face à la médiatisation des revendications de suicide dit « assisté ». Par conséquent, et dans le droit fil de l’installation de l’Observatoire National du Suicide il y a un an, il lui demande de bien vouloir lui indiquer s’il entend faire de la prévention du suicide une Grande Cause Nationale, comme l’a recommandé le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), dans un important avis rendu en février 2013.