imprimer cette page

Question écrite 24/11/2014

Préoccupations suscitées par l’éventualité d’un abandon de la filière du plasma thérapeutique issu du don de sang éthique

Stéphane DEMILLY appelle l’attention de Madame la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les nombreuses préoccupations suscitées par l’éventualité d’un abandon de la filière du plasma thérapeutique issu du don de sang éthique, collecté par l’Etablissement français du sang (EFS). A l’issue d’une longue procédure judiciaire entre la France et la Cour de justice de l’Union européenne, initiée par un recours d’une société pharmaceutique appartenant à un groupe privé helvétique, le Conseil d’Etat a en effet rendu une décision le 23 juillet dernier considérant le plasma de type SD (solvant détergent), préparé de façon industrielle par l’EFS, comme devant relever du statut de médicament et non pas de celui de produit sanguin labile. De fait, cette décision ouvre à la concurrence le marché des produits sanguins et il semble d’ores et déjà que plusieurs industriels s’apprêtent à solliciter une autorisation temporaire d’utilisation pour le plasma-SD. Si ce type d’autorisation venait à être délivrée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour le plasma, c’est toute la filière française du sang reposant sur le principe du don anonyme et gratuit qui risque d’être fragilisée alors que l’EFS a fait depuis 2000 la preuve de son efficacité et a toujours rempli ses objectifs d’autosuffisance et d’amélioration constante des produits sanguins. En conséquence il lui demande de bien vouloir préserver le modèle éthique français du don du sang qui fait l’objet d’un consensus national, écartant ainsi toute tentative de marchandisation du corps humain.