imprimer cette page

Question écrite 19/03/2015

conséquences que pourrait entraîner la modification du fonctionnement actuel du don du sang

Stéphane Demilly attire l’attention de Madame la Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les conséquences que pourrait entraîner la modification du fonctionnement actuel du don du sang. En effet, actuellement bénévole, anonyme et gratuit, le don du sang en France est un acte très encadré et sécurisé puisqu’il respecte les principes éthiques inscrits dans la loi sang de 1993. C’est un choix de société, mais c’est également la certitude d’avoir la meilleure sécurité lorsqu’en tant que malade ou blessé, on doit recevoir des produits sanguins sécurisés. La non-rémunération du don est promue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cet encadrement est assuré par l’Etablissement français du sang (EFS) et le laboratoire biopharmaceutique français (LFB), qui assurent, à toutes les étapes, un suivi et des garanties sanitaire indispensables. Le secteur de la transfusion sanguine a été affecté par les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne et du Conseil d’Etat qui, dans le cadre du contentieux Octapharma, ont requalifié le plasma solvant-détergent (dit plasma SD) en médicament alors qu’il était considéré jusqu’à ce jour comme un produit sanguin labile. Les donneurs et les associations concernées s’inquiètent légitimement d’une commercialisation du sang, ce qui irait l’encontre des principes actuels, notamment ceux de la non-commercialisation et de l’indisponibilité du corps humain. L’ouverture du marché à des laboratoires étrangers qui ne pratiquent pas de prélèvements respectant les principes éthiques et l’ouverture du capital du LFB sont d’autres annonces qui pourraient modifier en profondeur le système actuel de prélèvement du sang. Il lui demande de lui indiquer la position du Gouvernement sur ce sujet et de défendre avec force notre éthique qui comporte la non rémunération du donneur de produit sanguin.