imprimer cette page

Communiqué 26/05/2015

Projet de Loi Transition énergétique: Stéphane Demilly vote contre

Stéphane Demilly, Député de la 5ème circonscription de la Somme, Secrétaire de la Commission du Développement Durable de l’Assemblée nationale, a voté contre le Projet de loi relatif à la transition énergétique lors du vote solennel à l’Assemblée nationale cet après-midi.

Si le texte présente des objectifs ambitieux en termes de réduction de la consommation énergétique sur notre territoire (-50% d’ici 2050) et met en place certains outils législatifs pour réduire l’impact de l’activité humaine sur l’environnement, son élaboration est totalement déconnectée des réalités du terrain.

Interpellé par de nombreux habitants de sa circonscription au sujet de la prolifération « anarchique » des éoliennes dans notre région, Stéphane Demilly s’était en effet engagé, avec plusieurs collègues parlementaires, en faveur de l’instauration d’une distance de 1 000 mètres à respecter entre l’installation d’éoliennes et les premières habitations.

La majorité gouvernementale a rejeté cette proposition préférant une distance minimale de 500 mètres et renvoyant tout autre débat au bon vouloir des Préfets (article 38 bis BA de la loi).

La distance de 1 000 mètres aurait eu pour avantage de favoriser la création de bouquets d’éoliennes sur des secteurs prédéterminés évitant toute gène pour les populations.

Par ailleurs, le texte prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% à l’horizon 2025. Si cet objectif semble louable, il ne prévoit cependant aucune garantie concernant le type d’énergie auquel notre pays aura recours en compensation, laissant ainsi le champ libre à l’usage d’énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre, le charbon notamment.

Stéphane Demilly et ses collègues députés avaient ainsi soutenu un amendement afin de lier la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité à une montée en puissance des énergies renouvelables et au respect d’un prix raisonnable de l’électricité pour les consommateurs. Cet amendement a malheureusement été rejeté par le gouvernement et sa majorité.

Stéphane Demilly dénonce une occasion ratée de bâtir une grande loi pour la transition énergétique en France. Elle aurait pu faire l’objet d’un large débat public avec les Françaises et les Français permettant ainsi de dégager un consensus global ambitieux.

A quelques semaines du lancement de la COP21 en France, ce 1er signal est loin d’être rassurant.