imprimer cette page

Communiqué 03/08/2015

Réforme territoriale : Stéphane Demilly dénonce des lois de centralisation

Stéphane Demilly, Député de la 5ème circonscription de la Somme, accueille avec réserve les annonces concernant la nouvelle organisation des services de l'Etat sur le territoire de la région Nord-Pas-de-Calais - Picardie.

Pour lui « les lois de décentralisation socialistes de 1982 et 1983 portées par Gaston Defferre ont laissé place aux lois de centralisation socialistes de 2014 et 2015 portées par Marylise Lebranchu ».

Deux sujets principaux le préoccupent : la proximité et l'emploi.

« Il est primordial de maintenir des services proches de nos communes rurales et d'irriguer les territoires pour éviter de renforcer la situation d'isolement dont trop de nos concitoyens souffrent. En ce sens, je peux dire que le compte n'y est pas.

Certes, l'annonce de maintenir à Amiens les sièges de la direction de l’agriculture (DRAAF) et de la direction de la jeunesse et des sports (DRJSCS), ainsi que l’installation d’une plateforme nationale de validation des titres, rattachée au ministère de l’Intérieur, sont des nouvelles intéressantes en termes d'emplois publics dans la Somme, mais elles sont très loin de répondre à la problématique d'un véritable aménagement du territoire et très loin également de compenser toutes les pertes d'emplois générés par le transfert des grandes directions d'Etat vers Lille.

Pour ce qui est du rectorat, le Premier ministre a annoncé le maintien des services installés à Amiens, tout en précisant que le Recteur serait basé à Lille. Nous pouvons donc douter de la pérennité de cette structure à Amiens.

Nous avons surtout le sentiment qu'il s'agit d'une mesure transitoire pour nous faire avaler la pilule alors même que l’Éducation de nos enfants devrait être une priorité absolue.

Nous nous orientons donc très clairement vers une concentration des pôles de décision, et donc des emplois publics, à Lille.

Cela aura pour conséquence, comme je le craignais et comme je n'ai eu de cesse de le dénoncer à l'Assemblée nationale, une déconnexion de la prise de décision des réalités du terrain que vivent nos concitoyens au quotidien et, en conséquence, d'alimenter les courants populistes qui surfent sur chaque insatisfaction.

Pour ce qui est de l'emploi, j'ai immédiatement écrit à la directrice préfiguratrice de Pôle emploi pour la nouvelle grande région afin de connaitre sa feuille de route ainsi que ses projets afin de lutter plus efficacement contre le chômage.