imprimer cette page

Communiqué de presse 16/12/2015

Fermeture du site Pentair de Ham Une décision incompréhensible et inacceptable !

Stéphane Demilly, Député de la 5ème circonscription de la Somme, a tenu à quitter l'Assemblée nationale ce mercredi matin afin de se rendre sur le site de l'entreprise Pentair à Ham lorsqu'il a appris l'annonce de sa fermeture. Il a ainsi passé une partie de la journée avec les salariés.

Après une rencontre en mairie avec les représentants du personnel, il a demandé à être reçu sur le site industriel par les représentants de la direction du groupe, accompagné des élus du territoire représentant les différentes collectivités.

Il a ainsi demandé des explications aux dirigeants de l'entreprise Pentair qui ont reconnu la qualité du travail accompli à Ham ainsi que les résultats positifs du site avec un carnet de commandes bien rempli qui en fait l'une des entités les plus rentables du groupe ! Les dirigeants de Pentair ont évoqué la situation globale du groupe industriel à l'échelle mondiale pour motiver leur décision.

« Comment un groupe industriel peut-il se séparer d’une usine qui a 8,4 millions d’euros inscrits au carnet de commande, des prévisions à 31 millions d’euros, qui dégage 18% de marge brut et qui est la plus rentable d’Europe ? C’est un raisonnement totalement inacceptable humainement et incompréhensible économiquement !

Des investissements ont également été réalisés dernièrement ce qui en fait une usine moderne et compétitive qui a, en plus, accumulé un savoir faire reconnu de tous au fil des décennies. C’est donc un non sens total de la fermer aujourd’hui !

Les principaux clients de ce groupe, et dont l’Etat est actionnaire, devront prendre leur responsabilité et faire comprendre à ses dirigeants que l’on ne peut pas se comporter ainsi en France sans en subir les conséquences » a tenu à déclarer Stéphane Demilly.

Stéphane Demilly a demandé au groupe Pentair de revoir sa position, va saisir dès à présent le gouvernement pour qu'il s'empare de ce dossier au plus vite, et envisage de revenir sur le site en fin de semaine avec Xavier Bertrand, Président du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais – Picardie.

Plus de 130 emplois sont menacés, auxquels il faudra ajouter les entreprises sous-traitantes ainsi que les retombées économiques négatives sur l'ensemble du territoire.

Stéphane Demilly tient enfin à saluer la dignité dont font preuve les salariés.
« Des femmes et des hommes qui ont beaucoup donné dans cette entreprise et qui, aujourd'hui, sont mobilisés dans un état d'esprit constructif pour défendre leur outil de travail ».