imprimer cette page

Communiqué 16/02/2016

Déserts médicaux : Stéphane Demilly interpelle le gouvernement

Lors de la séance de questions orales sans débat de ce mardi matin, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a interpellé le gouvernement sur la désertification médicale qui touche nos communes et notamment sur la situation de Athies, près de Ham.

 

Suite à la réponse de Mme la Secrétaire d'État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Stéphane Demilly a déploré que le gouvernement n’aille pas plus loin dans les mesures annoncées.

 

Retrouvez la question et la réponse diffusées sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.tv/Datas/an/portail/video.3654800_56c2dc2c5481f.1ere-seance--questions-orales-sans-debat-16-fevrier-2016

 

 

Par ailleurs, vous trouverez ci-après, le texte de la question posée par Stéphane Demilly :

 

« « Recherche médecin désespérément » tel est le titre de l’annonce que nombre de maires de nos communes rurales comme urbaines pourraient envoyer tant l’installation des médecins est devenue un véritable casse-tête pour les élus.

 

La tendance s’alourdit d’année en année et aggrave la désertification de nos campagnes, mais aussi de nos quartiers.

 

En effet, cette situation d’abord circonscrite au milieu rural concerne désormais tous les territoires. Chaque député, a dans sa circonscription, connaissance de difficultés à trouver un médecin. 

 

Dans ma circonscription, je ne citerai qu’un exemple, celui de la commune d’Athies qui compte 660 habitants. Le maire est totalement mobilisé pour trouver un remplaçant au médecin qui vient de partir à la retraite.

 

Bien entendu, il a alerté l’ARS, puis a également lancé un appel plus large pour éviter que l’inéluctable ne se produise. Sans succès pour le moment.

 

Malheureusement, ce cas est loin d’être isolé… La région Picardie recense la plus faible densité médicale avec 230,9 médecins pour 100 000 habitants. L’inégalité territoriale est flagrante quand on songe que la région PACA enregistre la plus forte densité avec 352 médecins pour 100 000 habitants.

 

Alors certes, vous répondrez que le Pacte Santé et territoire 2 prévoit des mesures pour lutter contre ce fléau.

 

1 000 généralistes ou autres spécialistes devraient ainsi s’installer dans un territoire fragile grâce aux contrats de praticien général de médecine générale ou ambulatoire d’ici 2017.

 

Le numerus clausus est également augmenté de 6,4 % ciblée dans 10 régions manquant de médecins. Pour la Picardie : + 4% soit 8 places supplémentaires.

 

Ces mesures vont dans le bon sens mais sont trop timides pour répondre au défi majeur de la démographie médicale auquel nous devons faire face.

 

Alors que 80 % des jeunes médecins s’établissent dans la région dans laquelle ils ont été formés, le concours de l’internat national favorise le déracinement d’étudiant de leurs régions de formation.

 

Le système lui-même entretient et aggrave la fracture médicale et les inégalités d’accès aux soins quand en parallèle, les professionnels de santé restent peu enclins à contribuer volontairement au rééquilibrage de la démographie médicale.

 

En effet, un sondage commandité par le Conseil National de l’Ordre des Médecins montre que 63 % des étudiants et 60 % des jeunes médecins n’envisagent pas de s’installer en zone rurale, en raison des fortes exigences de disponibilité requises et de l’isolement de ces zones (BVA, 2007).

 

Il nous faut donc repenser notre modèle de santé de proximité et entrer dans une nouvelle dimension d’action. Il y a urgence !

 

L’article L1110-1 du code de la santé publique dispose : « Le droit fondamental à la protection de la santé doit être mis en œuvre par tous moyens disponibles au bénéfice de toute personne ».

 

Le 11ème alinéa du Préambule de la constitution de 1946 qui fait partie du bloc de constitutionnalité déclare que la nation « garantit à tous (…) la protection de la santé ».

 

Je vous demande donc, Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes quelles sont les mesures complémentaires que le Gouvernement entend prendre afin de répondre à cet enjeu de santé publique et lutter plus efficacement contre les déserts médicaux. »