imprimer cette page

Communiqué 28/11/2011

Les 10000 emplois des filières biocarburants sacrifiés sur l’autel de l’alliance PS-Europe Ecologie!

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2012, la nouvelle majorité sénatoriale de gauche PS-EELV a voté la semaine dernière la suppression de l’allègement partiel de la taxe intérieure sur la consommation (TIC) dont bénéficient les biocarburants.

Stéphane DEMILLY, Député de la Somme, Vice-Président de la Commission du développement durable et président du Groupe d’études sur les biocarburants, ainsi que l’ensemble des Députés du groupe Nouveau Centre, dénoncent avec force une décision aussi brutale qu’irresponsable.

Motivés uniquement par une idéologie aveugle, pour les Verts, et par une obéissance non moins aveugle aux engagements pris envers ses alliés, pour le PS, ce vote n’hésite pas à fragiliser directement près de 10 000 emplois industriels et agricoles dans les filières bioéthanol et biodiesel. Les deux milliards d’euros investis ces cinq dernières années sur 29 sites industriels ne sont en effet pas encore amortis.

D’autre part, en totale contradiction avec les ambitions publiquement affichées par ces formations politiques, la suppression de cette exonération fiscale partielle ne peut que compromettre la capacité de la France à atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables et ouvrir grands nos portes à des importations de biocarburants produits dans des conditions plus ou moins douteuses.

Face à une telle irresponsabilité, le groupe Nouveau Centre est pour sa part déterminé à rétablir l’allègement partiel de TIC dont bénéficient les biocarburants lors du réexamen du projet de loi de finances à l’Assemblée.