imprimer cette page

Question écrite 04/07/2012

Sur la modification du taux de TVA des activités équestres

Monsieur Stéphane DEMILLY attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt sur la modification du taux de TVA des activités équestres. La filière équine profite d’un taux réduit de TVA, en raison de sa nature agricole. Or la Commission Européenne a choisi d’engager des poursuites à l’encontre de la France et lui demande d’appliquer un taux plein aux ventes de chevaux avant le 1er juillet 2012. Outrepassant la portée de l’arrêt de la CJUE, la Commission demande également de modifier le taux de 7 % applicable aux établissements équestres pour les cours d’équitation. Ainsi, les activités équestres ne seraient ni agricoles, ni sportives, et cette sanction aurait pour conséquence la hausse de l’imposition de la plupart des activités économiques liées aux chevaux, de 5,5 % à 19,6 %. Dans un secteur où les marges sont faibles, un tel surcoût serait immédiatement répercuté sur les non-professionnels et les particuliers, notamment au sein des centres équestres. A la fois activité agricole et sportive, l’équitation est soumise à diverses contraintes qui lui valent de reposer sur un équilibre économique fragile. 39 000 emplois directs sont générés par les élevages, centres équestres et écuries d’entraînement et pourraient être mis en cause. Il lui demande donc quelles initiatives il entend prendre pour que les activités équestres puissent continuer de bénéficier de ce taux réduit.