imprimer cette page

Communiqué 12/07/2012

Canal Seine-Nord Europe : Stéphane DEMILLY tire la sonnette d’alarme!

Depuis près de 20 ans, au conseil régional de Picardie puis à l’Assemblée Nationale, Stéphane DEMILLY œuvre sans relâche pour que le canal à grand gabarit Seine-Nord Europe devienne une réalité.

Lancé officiellement par le Président de la République à Nesle en avril 2011, le canal Seine-Nord est LE projet économique phare de la Picardie et des régions du Nord de la France, tout en contribuant significativement à la lutte contre le réchauffement climatique grâce au transfert prévu vers la voie d’eau de 500 000 poids-lourds par an à horizon 2020.

L’intérêt et la rentabilité de ce « projet du siècle » ont été confirmés et étayés par de nombreuses études, et les territoires concernés se mobilisent depuis des années pour préparer son arrivée et en tirer profit. Lors de la campagne des élections législatives, les habitants de l’Est de la Somme avaient ainsi manifesté massivement leur soutien à ce projet porteur d’emplois et d’activités.

C’est pourquoi, inquiet de certaines rumeurs et des déclarations de certains membres du nouveau Gouvernement, Stéphane DEMILLY, dès le lendemain de sa réélection le 17 juin dernier, a alerté le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT sur la nécessité de confirmer sans attendre la volonté du Gouvernement de réaliser le canal Seine-Nord. Hier soir encore, en Commission du développement durable à l’Assemblée Nationale, il a interpellé à ce sujet le nouveau Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le scepticisme ouvertement affiché du Ministre dans sa réponse, sa volonté de réunir une énième commission pour évaluer le projet et son souhait de remettre en cause le plan de financement et le recours au partenariat public-privé (PPP) qu’il a fallu des années pour négocier…ont plutôt fait l’effet d’une douche froide ! Le Gouvernement voudrait enterrer le canal Seine-Nord ou le renvoyer aux « calendes grecques », il ne s’y prendrait pas autrement ! « Quand je veux enterrer un problème, je crée une commission », disait déjà Georges CLEMENCEAU…

Stéphane DEMILLY tire par conséquent la sonnette d’alarme et dénonce l’irresponsabilité d’une décision qui, si elle était confirmée, représenterait un phénoménal gaspillage d’argent public (des millions d’euros ont déjà été engagés pour les travaux préparatoires) et briserait net l’espoir de régions durement touchées par la crise.
Il appelle les élus locaux de toute tendance politique, les acteurs économiques et les citoyens à se mobiliser pour défendre avec force le projet auprès du Gouvernement.

Depuis près de 20 ans, au conseil régional de Picardie puis à l’Assemblée Nationale, Stéphane DEMILLY œuvre sans relâche pour que le canal à grand gabarit Seine-Nord Europe devienne une réalité.

Lancé officiellement par le Président de la République à Nesle en avril 2011, le canal Seine-Nord est LE projet économique phare de la Picardie et des régions du Nord de la France, tout en contribuant significativement à la lutte contre le réchauffement climatique grâce au transfert prévu vers la voie d’eau de 500 000 poids-lourds par an à horizon 2020.

L’intérêt et la rentabilité de ce « projet du siècle » ont été confirmés et étayés par de nombreuses études, et les territoires concernés se mobilisent depuis des années pour préparer son arrivée et en tirer profit. Lors de la campagne des élections législatives, les habitants de l’Est de la Somme avaient ainsi manifesté massivement leur soutien à ce projet porteur d’emplois et d’activités.

C’est pourquoi, inquiet de certaines rumeurs et des déclarations de certains membres du nouveau Gouvernement, Stéphane DEMILLY, dès le lendemain de sa réélection le 17 juin dernier, a alerté le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT sur la nécessité de confirmer sans attendre la volonté du Gouvernement de réaliser le canal Seine-Nord. Hier soir encore, en Commission du développement durable à l’Assemblée Nationale, il a interpellé à ce sujet le nouveau Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le scepticisme ouvertement affiché du Ministre dans sa réponse, sa volonté de réunir une énième commission pour évaluer le projet et son souhait de remettre en cause le plan de financement et le recours au partenariat public-privé (PPP) qu’il a fallu des années pour négocier…ont plutôt fait l’effet d’une douche froide ! Le Gouvernement voudrait enterrer le canal Seine-Nord ou le renvoyer aux « calendes grecques », il ne s’y prendrait pas autrement ! « Quand je veux enterrer un problème, je crée une commission », disait déjà Georges CLEMENCEAU…

Stéphane DEMILLY tire par conséquent la sonnette d’alarme et dénonce l’irresponsabilité d’une décision qui, si elle était confirmée, représenterait un phénoménal gaspillage d’argent public (des millions d’euros ont déjà été engagés pour les travaux préparatoires) et briserait net l’espoir de régions durement touchées par la crise.
Il appelle les élus locaux de toute tendance politique, les acteurs économiques et les citoyens à se mobiliser pour défendre avec force le projet auprès du Gouvernement.