imprimer cette page

Question écrite 07/08/2012

Attitude du Gouvernement vis à vis des chasseurs.

Monsieur Stéphane DEMILLY attire l’attention de Madame la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie sur l’attitude du Gouvernement vis-à-vis des chasseurs. En effet, la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC), qui représente les 1,3 millions de chasseurs de France avec ses 80 000 associations locales et ses 90 fédérations départementales, s’étonne d’avoir été totalement écartée de la concertation qu’elle vient d’organiser avec le Premier Ministre en recevant 8 ONG environnementales.
Cette rencontre, qui s’est tenue à Matignon, avait pour but de préparer la Conférence Environnementale pour la transition écologique qui se tiendra les 14 et 15 septembre prochain. Il aurait donc été légitime que la FNC soit présente ou qu’une réunion similaire soit prévue en parallèle avec les organisations représentatives des chasseurs et des pêcheurs, qui représentent 3 millions de défenseurs actifs de la biodiversité.
Les chasseurs constatent donc avec regret qu’ils sont écartés de cette phase préparatoire alors que les échanges avec les ONG portaient aussi sur la place faite à la biodiversité et à la fiscalité environnementale, qui sont des sujets sur lesquels ils sont totalement impliqués.
A l’heure où le Gouvernement revendique un véritable savoir-faire en matière de dialogue social, les chasseurs qui sont reconnus par la loi et dans les faits comme des défenseurs de la biodiversité, sont tenus à l’écart d’une façon surprenante.
Le monde de la chasse demande très légitimement a être partie prenante de toutes les étapes de la concertation, en tant qu’organisation représentative en charge de la gestion de la biodiversité, au même titre que les autres ONG environnementales et avec les même égards.
Il lui demande donc de lui indiquer les raisons qui l’ont amenée à écarter les chasseurs de cette réunion préparatoire.