imprimer cette page

Question au Gouvernement 02/10/2012

Stéphane Demilly interroge le Ministre de l'Intérieur sur la fermeture des services publics

Voir la vidéo

 

 

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
« Donner des leçons de morale n’a jamais été une preuve de vertu », cette maxime de l’écrivain Todorov Tzvetan est, semble-t-il, plus que jamais d’actualité !
Lors de la précédente législature, les socialistes et leurs alliés n’ont cessé de dénoncer (je les cite) « la casse sans précédent des services publics et la désertion de l’Etat dans les territoires ruraux ».
Il y a encore quelques semaines, souvenez-vous, pendant la campagne électorale des présidentielles et des législatives, cette accusation était devenue un véritable slogan de campagne.
Après de telles déclarations, les français s’attendaient donc (en tout cas pour ceux qui vous ont fait confiance) à ce qu’il n’y ait plus de fermetures de services publics et même, pour les plus crédules, à ce que la présence de l’Etat soit renforcée !
Or, ce matin, en lisant la presse, j’apprends, au détour d’une petite dépêche, que vous lancez, Monsieur le Ministre, une mission dont l’objet est (je cite) de « formuler des propositions opérationnelles d’évolution des sous-préfectures à l’horizon du printemps 2013 ».
Une jolie phrase administrative qui n’augure rien de bon pour un certain nombre de territoires pour qui pourtant les sous-préfectures sont le premier échelon de proximité et d’autorité de l’Etat.
Alors, pour en revenir à ma maxime, lorsque vous étiez dans l’opposition, vous nous donniez des leçons de morale.
Etait-ce effectivement guidé par la seule vertu ou étaient-ce des carabistouilles électoralistes et démagogiques ?

Nous le saurons dès que vous aurez répondu à la question suivante simple qui appelle, me semble-t-il, une réponse également simple :
Combien de Tribunaux de Grande instance allez-vous ré-ouvrir et combien de sous-préfectures envisagez-vous de fermer ?