imprimer cette page

Audition 09/10/2012

Audition du Pr Gilles-Eric SERALINI, auteur de l’étude relative au maïs génétiquement modifié

Intervention de Stéphane DEMILLY
Secrétaire de la Commission du Développement Durable

 

Professeur SERALINI, je suis heureux que notre Commission ait eu l’occasion de vous auditionner, trois semaines après la publication dans la revue Food and Chemical Toxicology de votre étude sur la toxicité du maïs OGM NK603 de la firme Monsanto et de l'herbicide Roundup.

Cette étude, qui tend à démontrer que les rats qui ont absorbé dans leur nourriture des OGM et du Roundup meurent plus vite que les autres, a suscité dès sa publication une énorme polémique.

Le « battage médiatique », comme l’on dit, a été considérable, suscitant dans le monde politique et dans la communauté scientifique autant de commentaires résolument enthousiastes que de réactions violemment hostiles.

 

Ainsi, d’un côté, le Premier Ministre lui-même, lors d’un déplacement à Dijon, a fait aussitôt une déclaration demandant l’interdiction pure et simple des OGM en Europe,
tandis que d’un autre côté le Président de l’INRA, François HOULLIER, ainsi que l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments, ont pris clairement leurs distances par rapport à votre étude.

Des critiques ont également visé l’indépendance réelle de votre démarche et dénoncé son parti pris.

Cette virulente polémique m’amène personnellement à me demander s’il est possible d’avoir en France un véritable débat de fond objectif et dépassionné sur la question des OGM.

Au-delà, je m’interroge dans ce contexte sur la possibilité pour le Gouvernement et le Parlement de légiférer de façon éclairée sur la question des OGM, dans la mesure où la communauté scientifique elle-même est fortement divisée et met en avant des résultats souvent contradictoires.