imprimer cette page

Audition 04/12/2012

Stéphane Demilly auditionne Jean-Paul HUCHON Président du Conseil Régional d'Ile-de-France

 Monsieur le Président, mes chers collègues, 

Je suis très heureux que notre commission ait aujourd’hui la possibilité d’auditionner le Président du Conseil Régional d’Ile-de-France sur le dossier du Grand Paris.

 

Le Grand Paris est l’un des grands projets d’aménagement du territoire de notre pays.

Il recoupe à ce titre un autre projet majeur, celui du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe.

 Le canal Seine-Nord intéresse en effet directement la région Ile-de-France et, plus largement, le Grand Paris.

 

Ses intérêts sont multiples (j’ai eu l’occasion de le dire à de nombreuses reprises dans cette commission) :

-         transfert modal massif de la route vers le rail (2 millions de camions par an à terme)

-         création d’emplois (le chiffre de 15 000 emplois est avancé pour l’Ile-de-France)

 

-         dynamisation des ports franciliens tels que Gennevilliers ou Conflans-Sainte-Honorine

 

-         et plus largement, le canal Seine-Nord est une opportunité stratégique pour accompagner le complexe portuaire Le Havre-Rouen dans son développement et pour desservir l’ensemble du bassin de consommation parisien en s’appuyant sur le réseau des ports intérieurs.

 

Dans cette logique, Seine-Nord permettrait de faire des ports de la Seine le véritable port de Paris et leur permettrait d’étendre leur aire d’influence vers l’Est de l’Europe et le Benelux.

 

On le voit, les enjeux du canal Seine-Nord pour le Grand Paris sont importants, et à ce titre, Monsieur le Président HUCHON, vous avez vous-même déclaré être, je vous cite, « à 100% pour Seine-Nord Europe ».

 

D’ailleurs, et je voudrais le souligner car j’aurais aimé qu’il en soit de même au Conseil Régional de Picardie, le Conseil Régional d’Ile-de-France a voté à l’unanimité une participation de 215 millions d’euros pour la construction du canal.

 

Pourtant aujourd’hui, vous le savez, alors que nous étions en droit de penser que la réalisation du canal était devenue irréversible (prés de 300 millions d’euros déjà dépensés, un feu vert donné par la plus haute autorité de l’Etat en 2011…), le Gouvernement a décrété un gel du projet que j’espère provisoire, et je ne suis pas le seul. 

Bien sûr, si l’Europe peut augmenter sa participation financière, c’est tant mieux, et il faut le négocier.

 

Mais en soumettant à une énième évaluation de principe le canal Seine-Nord, qui avait déjà dépassé le stade du projet pour être une réalisation concrète sur le terrain (on a tout de même, entre autres, abaissé l’A29 en 2011 pour permettre le passage du canal !),

 

et en plaçant cette infrastructure sur le même plan que d’autres projets du SNIT qui n’existaient encore, eux, que sur le papier,

 

le Gouvernement a pris le risque de brouiller le message volontariste de l’Etat et de décourager tous ceux qui, sur le terrain, préparaient déjà activement l’arrivée du chantier. 

Fort heureusement, cette volte-face est en train de susciter dans les régions concernées par le tracé une très forte mobilisation, une mobilisation des élus locaux et nationaux quelle que soit leur étiquette politique, mais aussi des acteurs économiques.  

C’est pourquoi, Monsieur le Président HUCHON, je souhaiterais que vous puissiez nous confirmer les enjeux du Canal Seine-Nord pour le Grand Paris, et que vous nous indiquiez les actions que vous avez entreprises pour convaincre le Gouvernement de réaliser enfin la construction tant attendue et tant espérée du canal Seine-Nord Europe.

 Je vous remercie.