imprimer cette page

Audition 22/05/2013

Stéphane Demilly auditionne Louis GALLOIS Commissaire général à l’investissement sur les investissements d’avenir en matière de développement durable

 Intervention de Stéphane DEMILLY, Secrétaire de la Commission du développement durable 

Monsieur le Commissaire Général, 

 

En novembre 2012, vous avez remis au Premier Ministre votre rapport intitulé « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française », qui constitue un socle important du programme des investissements d’avenir. 
Dans ce rapport, parmi les conditions du redressement de la France que vous évoquez, figurent, à juste titre, la logistique et les infrastructures de transport. 
Vous écrivez ainsi, je vous cite : « Nous insistons, en particulier, sur tout ce qui concerne la logistique des entreprises et la qualité des infrastructures de transports. Elles jouent désormais un rôle décisif pour l’attractivité industrielle, de plus en plus éclatée ». Fin de citation.
 
Je partage tout à fait votre analyse. Je voudrais, à ce titre, évoquer un investissement qui représente, à la fois, un formidable enjeu de développement durable, et une réponse majeure aux défis de compétitivité de l’industrie française en termes de logistique et d’infrastructures. 
Je veux parler ici du futur canal à grand gabarit Seine-Nord Europe. 
L’enjeu stratégique du canal Seine-Nord en effet, et que certains au plus haut niveau ont malheureusement tendance à passer sous silence…ce n’est, ni plus ni moins, que l’ouverture du réseau fluvial français vers les 20 000 km de voies européennes à grand gabarit et leur réseau de ports intérieurs, au Benelux, en Allemagne et en Europe Centrale.
A ce titre, quel meilleur investissement d’avenir que le Canal Seine-Nord si l’on prend en compte cette dure réalité, à savoir qu’à l’heure actuelle, en raison de la faible qualité de ses liaisons massifiées fluviales et ferroviaires, la France accuse un retard de cinquante ans par rapport aux autres économies de l’Europe du Nord en termes d’efficacité de ses grands ports maritimes ? 
C’est un enjeu majeur et crucial, qui touche directement des secteurs économiques aussi stratégiques et pourvoyeurs d’emplois pour notre pays que l’automobile et l’acier, l’agro-alimentaire et la grande distribution, les matériaux de construction et les produits recyclables, ou encore l’agriculture.
C’est pourquoi ma première question sera simple : considérez-vous que le canal Seine-Nord Europe doit être considéré comme un investissement d’avenir et qu’il a toute sa place dans votre plan de programmation pluriannuel ?
Ma deuxième et dernière question, Monsieur le Commissaire Général, sera très brève, mais vous m’en voudriez, de par vos précédentes fonctions, de ne pas vous la poser !
Pouvez-vous nous préciser les investissements qui sont spécifiquement dédiés au secteur de l’aéronautique et, en particulier, pouvez-vous nous indiquer si vous avez pris en compte le développement des carburants aéronautiques du futur ?
Je vous remercie.