Chargement
Sponser

Stéphane DEMILLY a interpellé le gouvernement sur la lutte contre le paludisme alors que la journée mondiale de lutte contre cette maladie infectieuse s’était tenue quelques jours auparavant. 

Lors de la séance de questions au gouvernement du mardi 14 mai, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a interpellé le gouvernement sur la lutte contre le paludisme alors que la journée mondiale de lutte contre cette maladie infectieuse s’était tenue quelques jours auparavant. 
« Le 25 Avril dernier, c’était la journée mondiale du paludisme. Cette journée annuelle, voulue par l’Organisation Mondiale de la Santé, a pour objet de sensibiliser l’opinion publique à cette terrible infection, de favoriser l’accès aux traitements et de promouvoir les méthodes de prévention existantes contre ce satané moustique… satané moustique qui ne pèse que quelques milligrammes mais qui commet des ravages sanitaires incommensurables!

Chaque année, on recense autour de 200 millions de cas de paludisme dans le monde se traduisant par prés de 500000 morts.

La mortalité liée au paludisme, qui était en déclin depuis l’an 2000, remonte à nouveau depuis 2016. Les principales victimes sont les plus jeunes. Toutes les deux minutes, un enfant meurt du paludisme.

C’est beaucoup et peu à la fois au regard des 3,2 milliards de personnes potentiellement exposées, à l’échelle mondiale, au risque de contracter la malaria… Chiffre qui augmente car le réchauffement climatique accroît le terrain de jeu de ces petits vampires sans foi ni loi.

Devant ce terrible constat, j’ai deux questions:

La France accueillant, en Octobre prochain à Lyon, la 6ème conférence de reconstitution des ressources du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, pouvez-vous nous indiquer si la collecte internationale des fonds est à la hauteur des enjeux de ces trois fléaux sanitaires ?

Et enfin question plus pratique : Pouvez-vous imposer aux compagnies aériennes proposant des destinations dans les pays à risque de diffuser des informations plus visibles et plus lisibles aux voyageurs sur la nécessité de prendre un traitement antipaludique préventif? Une petite décision qui pourrait sauver beaucoup de vies…. »

Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des solidarités, a notamment répondu :

« Le paludisme est un enjeu majeur de santé publique. La France est très engagée, avec la société civile, des ONG, la recherche, l’industrie pharmaceutique de l’État. En 2019, notre pays est mobilisé pour la reconstitution des ressources du Fonds mondial. Une conférence se tiendra prochainement à Lyon – vous en avez parlé –, et un certain nombre de pays commencent à faire des annonces. Je recevrai les représentants des pays du G7 cette semaine ; j’attends évidemment des annonces de leur part. » 

 

La vidéo de la question et de la réponse est disponible sur le site de l’Assemblée nationale : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.7612492_5cdaba00aaffe.1ere-seance–questions-au-gouvernement–transformation-de-la-fonction-publique-suite-14-mai-2019?timecode=3275866

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *